Il est des gens dont la bonté rayonne au travers tout leur comportement. Lucides sur le mal et la méchanceté, ils se refusent d'en faire des raisons de piquer ou blesser. Ils préfèrent neutraliser ce qui pourrait servir d'explosif et ne retenir chez les autres que ce qui est bien, beau et bon en eux, non seulement au présent mais dans le passé et plus encore dans l'avenir vers lequel ils les croient capables de marcher.

Etre bon, c'est se laisser déranger, bousculer, désinstaller ; c'est accepter de se gêner, de se serrer. C'est parfois dans les familles nombreuses et parfois logées à l'étroit que l'étranger de passage trouve l'hospitalité, car chacun sait déjà partager son temps et son espace et dilate son esprit et son cœur. Il est des familles où la table à rallonges sert souvent pour la plus grande joie des parents et des enfants.

Il est des gens dont la bonté est naturelle et spontanée. Leur philosophie de la vie quotidienne consiste à simplifier les choses compliquées et à s'appliquer, par la bonté, à trouver de toutes façons des solutions pour avancer ! La bonté est communicative et suscite l'envie d'être bon. Il est vrai que l'individualisme et l'égoïsme, l'orgueil et la suffisance, le repli étroit sur ses propres intérêts peuvent aussi contaminer les idées et flatter les instincts primaires…

La bonté gagne au travers mille petits signes qui ne coûtent quasi rien : donner un peu de son temps pour accueillir, écouter, conseiller, réconforter, dire un bonjour, un bonsoir, donner un coup de fil, faire un courrier.Tout cela fait exister l'autre qui devient proche et entretient la relation avec lui.

Certes la bonté à notre époque n'a pas toujours bonne presse. Car elle peut passer pour une faiblesse. En réalité, elle est l'arme des gens bien dans leur tête. Et si "Dieu seul est bon", il nous appelle à être bon comme Il est bon.