La Bretagne et ses plages... La Corse et ses calanques... La montagne ou la France "profonde"... Notre ville et notre village... Notre quartier... A l'hôtel ou en gîte rural... En voiture ou le long d'un chemin de grande randonnée...

Quels que soient notre mode de vacances, le lieu choisi ou l'itinéraire..., pour beaucoup d'entre nous, les vacances sont à la porte. Sans oublier tous ceux qui resteront chez eux pendant l'été, je voudrais à ceux qui partent souhaiter "Bonnes vacances".

Après onze mois de travail, de stress, de courses contre toutes sortes de montres, nous avons soudain le temps : une grande plage de temps, virginale comme à l'aube des siècles. Il nous revient d'y tracer, avec les caractères de notre choix, notre vie d'un temps.

Brisons les mots. Ne parlons plus "emploi du temps", "gagner du temps". Ne cherchons plus à "tuer le temps", laissons-le plutôt nous donner la vie et nous réconcilier avec lui. Pendant l'année, il passe tellement vite que nous n'avons même plus le temps de le voir passer.

Asseyons-nous au bord de ce mois pour regarder passer le temps. Descendons de nos TGV pour prendre les tortillards de montagne, quittons nos autoroutes pour les chemins de campagne. Déposons agenda, montre, réveil, horloge, au mont du temps. Prenons d'abord le temps de savourer le temps, d'accepter l'idée que nous avons du temps, de résister à la tentation de le meubler. Ce serait le contraire de la "vacance", du vide.

Il est temps de partir à notre propre découverte. Et, pour cela, il faut du temps. Lorsque le vide se sera fait en nous, nous découvrirons qu'au fond de notre être dormait un Hôte que nous avions oublié de réveiller. Dieu ne fait pas de bruit, il se laisse facilement mettre de côté, pour un temps. Les vacances seront peut-être l'occasion de reprendre conversation avec Lui, de Le retrouver, discret mais toujours présent. A travers les splendeurs de la Création, la lecture, la prière, le temps de retraite, non pas pour combler la vacance mais pour nourrir notre désir. Que Dieu creuse notre absence, afin que le vide crie vers Lui, et que la vacance appelle sa Présence.

Cet hôte intérieur, Premier-né d'une multitude de frères, nous envoie vers eux. Vacances  ! Temps donné pour se retrouver en famille et non plus se croiser au hasard d'un petit-déjeuner avalé l'œil sur la pendule, à cause du temps ; s'écouter et non plus s'entendre partir ou arriver ; partager ses rêves, ses lectures, ses questions, au lieu de mettre un billet sur le frigo ; partir se promener ensemble au lieu de "s'envoyer promener" parce qu'on a tellement peu de temps pour son propre chemin qu'il serait illusoire de penser qu'on en a pour les autres.

Ce sera aussi peut-être le temps de donner un peu de temps à ceux qui en ont tellement qu'ils n'en finissent pas de le voir passer : les malades, les isolés, les personnes âgées, les enfants... "Va, vends tout ce que tu as. Ta richesse d'un temps, donne-la aux pauvres, et ce faisant, sans que tu t'en aperçoives, tu auras mis le pied sur mon chemin d'éternité." Alors, à la croisée des chemins, nous trouverons Celui qui a toujours le temps de nous écouter, de nous enseigner, de nous guérir, de nous nourrir. Le Maître du Temps et de l'Histoire, l'Alpha et l'Oméga.

Il y a un temps pour tout...

Aujourd'hui, c'est le temps des vacances !