"De l'argent et de l'or, je n'en ai pas, mais ce que j'ai, je te le donne au nom de Jésus-Christ le Nazaréen, marche". Et le saisissant par la main droite, il le releva". (Actes 3 6) Pour accomplir la mission de Jésus, Pierre n'a que le moyen de la Parole. Celle reçue, celle qui l'a transformé et celle qu'il transmettra. Parmi toutes nos capacités humaines, celle de la parole qui permet de communiquer est une véritable richesse.

La parole n'est pas seulement informative, mais aussi performative. Elle permet de faire savoir, d'instruire, de transmettre, mais aussi elle influence, elle participe à des choix, des décisions, des actes. Elle soutient des personnes, modifie des idées, donne sens. Si Dieu a beaucoup parlé au Peuple hébreu à la faveur des circonstances et des événements de son histoire, Il nous confie le pouvoir de la parole. Il revient à chacun de développer et d'exercer cette capacité de parole et de lui attribuer une intention et une finalité, pour qu'elle soit féconde, utile, active.

Ce pouvoir de la parole prend place dans les dialogues interpersonnels, dans les conversations en groupe, dans les interventions publiques. Articles de presse, livres plus élaborés peuvent véhiculer le Message par écrit. Il y a tant de médias pour témoigner et diffuser ce qui est bon pour l'homme, lettres, courrier électronique, téléphone. Pour être audible, crédible, notre parole doit être libre, gratuite, joyeuse... marquée du sceau de la confiance et traversée d'Espérance.

Ma crainte est que beaucoup de ce pouvoir de parler nous échappe du fait de pression externe, par inaptitude ou paralysie par une autocensure qui oblige à se taire. Il est vrai que parler au bon moment et de bonne façon n'est pas si facile et présente toujours des risques...