Comment les disciples eux-mêmes, élevés dans le culte d'un Dieu dont le nom même ne devait ni écrit, ni prononcé, comment n'auraient-ils pas tremblé de frayeur à la pensée que la Réalité absolue de l'univers put coïncider avec ce prophète moqué, flagellé, cloué à la potence des esclaves ?

Nietsche voulait voir dans la croix la source d'un certain masochisme judéo-chrétien. Sans doute, l'adoration de la Passion a parfois dégénéré en culte de la souffrance. En réalité, la croix n'est pas une fatalité, elle est un choix. Elle parachève l'œuvre de salut. Elle indique jusqu'où l'Amour peut aller. Elle ne prétend pas magnifier la souffrance et l'échec, mais la charité jusqu'à l'abaissement. Ce n'est pas la mort et de cette façon-là que Jésus a choisi, mais de rester libre et de demeurer lui-m^me. Plutôt mourir pour la Vérité et trouver la vie que trahir et trouver en soi la mort.

Jésus, en donnant l'absolue préférence à l'amour, a apporté la lumière. Symboliquement, le Vendredi Saint, l'obscurité s'est répandue en plein jour sur le calvaire où il mourait, ce calvaire qui sera à jamais le sommet du refus opposé à Dieu et à son Amour. Mais ce mourant a témoigné d'une telle puissance d'amour qu'il est entré, par le fait même, dans la vie incomparable de ressuscité. Il s'est libéré de la mort par l'amour. Ainsi, il s'est fait notre libérateur.

Aujourd'hui comme hier, c'est toujours l'amour qui libère. L'amour seul qui génère la lumière.

En contemplant ce calvaire, ne négligeons pas son sens.

La croix du Christ confère un sens à tous les échecs et à toutes les aberrations puisqu'elle apparaît comme le scandale absolu. Sans doute indiquons-nous par la Foi en la Résurrection le dépassement de ce scandale, mais nous n'en affirmons pas moins qu'il faut, pour la dépasser, en passer par là. "Si vous voulez être mes disciples, il vous faut porter la Croix". La croix est donc à la fois le symbole du mal absolu qu'est la mort, surtout la mort programmée de l'innocent, mais c'est aussi pour les croyants le signe lumineux de l'Espérance et de la Vie.