Ce siècle commençant voit se dérouler sous nos yeux et à notre bénéfice l'explosion des moyens de communication. Le téléphone portable, démultiplié et sophistiqué, permet d'être relié en permanence à ceux qui connaissent le numéro. Internet et la webcam, en particulier, se taillent la part du lion. Véritable phénomène de société, car désormais le coeur des maisons peut entrer en contact immédiatement avec des gens du bout de la Terre.

 

Comme tout ce qui est nouveau et mal connu des non initiés, une certaine peur a pu accompagner ce nouvel outil : crainte d'en devenir esclave, crainte d'être envahi par un océan déferlant d'informations, crainte de manipulations obscures... Le temps passé devant l'écran ne va-t-il pas dévorer celui consacré aux proches ? Les plus belles, mais aussi les plus perverses images, ne vont-elles pas s'inviter jusque dans l'intime des familles ? Les jeunes ne vont-ils pas y perdre le goût de lire ? Comme toujours, on peut regarder ces prodigieux moyens de communication soit comme un danger de plus pour l'humain, soit comme une capacité supplémentaire de liberté mise à la disposition d'un grand nombre.

Certes les connaisseurs montrent de l'enthousiasme devant Internet qu'ils qualifient d'"autoroute de la connaissance". D'autres y voient une solidarité à l'échelle planétaire puisqu'il donne de partager sans restriction toutes les informations détenues dans le Monde. Pour peu qu'elles soient, par choix, mises en circulation, elles sont offertes à qui veut et peut s'en saisir. Il y a la mondialisation des finances et de l'économie, il y a désormais celle des savoirs. Obtenir d'un simple "clic" une information devient aussi naturel que de décrocher son téléphone, surtout s'il est "trans-portable" ! Se voir, s'entendre, discuter à plusieurs, est en soi une formidable possibilité offerte de mieux se connaître et se respecter différents dans un monde qui voit ses distances se rétrécir.

Internet est un fantastique maillage informatique. L'homme reproduit ainsi le fonctionnement de son cerveau. La terre devient en quelque sorte "un immense cerveau", lieu d'une (potentielle) conscience universelle. Si, comme tous, ils doivent être vigilants et avertis des dérives, les chrétiens ne devraient pas mépriser ce moyen qui donne la possibilité de s'ouvrir à des dimensions universelles, permet de faire du lointain un prochain et d'acquérir des connaissances plus exactes sur telle ou telle réalité. Lorsque "Dieu créa...", il confia à l'homme de connaître et de soumettre la Terre... y compris avec Internet !

 

Mais aucun de ces moyens fantastiques n'existe sans l'intelligence humaine qui les conçoit et les perfectionne, ni sans la conscience de tout un chacun qui en fait un usage bénéfique ou néfaste !