A Noël, la naissance de Jésus à Bethléem va à contre-courant de nos attirances et de nos pensées. Le pouvoir nous séduit, la richesse nous éblouit, la grandeur nous fascine. Et voilà qu'à Noël nous sommes invités à contempler un nouveau-né déposé sur la paille en guise de berceau.

 

Nous sommes fascinés par les savants, les notables et les gens influents, par les grands de ce monde. Et voilà qu'à Noël nos yeux se tournent vers un simple petit enfant fragile, dépendant et sans éclat.

 

Nous sommes sensibles aux apparences, à ce qui se voit, s'entend et fait parler de soi. Et voilà qu'à Noël Dieu se révèle dans cet enfant de la crèche sans apparat, sans publicité ni carte de visite et dans le silence d'une nuit bucolique.

 

Spontanément nous aimons acquérir, posséder, profiter, consommer, mais aussi maîtriser, prévoir, organiser, planifier. Le manque et l'imprévu nous font peur. Or voilà qu'à Noël il nous est donné de nous souvenir d'un bébé dont la naissance fut inopinée au cours d'un déplacement forcé par obligation de recensement impérial.

 

Nous aimons tout savoir et tout comprendre. Nous exigeons explications et preuves à l'appui de ce qu'il nous est proposé de croire. Et voilà qu'à Noël la petitesse et la faiblesse, le début d'une vie qui n'a donc encore rien démontré, nous sont donnés à contempler comme signes de la présence divine, à l'envers de la conception que nous avons instinctivement du Dieu créateur.

 

Nous pensons souvent que ce qui est vrai ne peut être que complexe, que Dieu ayant tout pouvoir au ciel et sur terre ne peut être qu'éloigné. Et voilà qu'à Noël il nous est donné de reconnaître que l'enfant de Bethléem, c'est Dieu fait homme venu cheminer en Humanité.

 

Nous sommes facilement emportés par le tourbillon de la vie et les vents dominants sur cet océan qu'est le monde moderne. Nous devenons indifférents à toute croyance religieuse et oublions facilement de nous poser les questions d'origine et de sens de l'existence. Or voilà que Noël nous rappelle que l'aventure humaine, depuis le commencement de l'univers, a reçu la visite du créateur lui-même qui nous a montré par ses choix, ses actes, ses paroles, l'horizon et la route préférable pour nous y rendre.

 

En réalité, Noël et l'enfant nouveau-né, messager venu tout droit de chez Dieu, nous convient à une révolution totale, pour ainsi dire "copernicienne", de nos mentalités terre à terre. Quel endroit de la terre ne s'est façonné des dieux selon ses rêves de puissance ? Et voilà qu'à Noël, comme il en sera de même toute sa vie durant, Jésus révèle une image inédite de la Toute-Puissance de Dieu.

 

Dieu est Tout-Puissant, mais d'Amour et de Pardon.

Dieu est Tout-Puissant, mais de liberté et de vérité.

Dieu est Tout-Puissant, mais de patience et de fidélité.

Dieu est Tout-Puissant, mais d'humilité et d'humanité.

Depuis sa naissance sur la paille jusqu'à sa mort sur la Croix, Jésus trace un chemin sûr de vérité et de vie, pour tout homme…