L'âge avançant, chacun(e) fait cette expérience que devant un même événement, un même spectacle, une même réalité, personne ne ressent et ne dit la même chose. Tous les points de vue divers, différents et parfois divergents peuvent s'exprimer à propos d'une seule réalité. Nous allons, pour illustrer cette constatation générale, prendre un exemple particulier. Il s'agira d'une forêt dans laquelle se trouve un chêne remarquable occupant un espace fort convenable par ses racines qui s'étendent et ses hautes branches qui s'élancent très haut dans le ciel !

 Imaginons une famille en randonnée, dans laquelle se trouvent adultes, enfants et jeunes, parents, grands-parents. Tous sont saisis d'admiration pour cet arbre.

Le plus petit se sent encore plus "petit" devant cet arbre plusieurs fois centenaire, dont les plus jeunes branches semblent chatouiller les nuages du ciel, dont il faut plusieurs grands bras pour faire le tour du tronc. L'enfant ne se sent pas écrasé ni en danger, mais plutôt en sécurité auprès de ce chêne à l'allure si puissante et dont la vie semble vouée à l'éternité…

Le grand-père a écouté son petit-fils et ajoute, lui aussi, son commentaire. J'ai toujours connu cet arbre comme il est aujourd'hui ; il est né avant moi, il disparaîtra après moi…

Le papa, qui est artisan menuisier, quitte le registre contemplatif pour celui, plus pratique, du profit qu'un forestier pourrait tirer de l'abattage d'un tel arbre. De son œil d'expert avisé, il calcule combien de mètres cubes de planches de valeur pourraient être exploités, vue l'envergure de ce chêne en pleine sève. Il estime quel profit financier pourrait résulter de la vente en fonction du prix du marché.

La maman, qui en ses temps libres participe à un atelier de peinture sur toile, se dit qu'elle reviendra seule dans cette magnifique forêt où trône avec majesté ce chêne qui s'impose aux regards des promeneurs et des connaisseurs.

Le grand frère de la maison, lui, en sportif accompli, rêve de grimper jusqu'à la cime. Il imagine même d'y construire une cabane pour y loger. Il se voit déjà, de là-haut, observer les environs et les forêts tout entières pour découvrir l'horizon. Peut-être cela fait-il partie de son désir de performances et de sa volonté de repousser toujours plus ses limites. Au fond, n'exprime-t-il pas là un désir de croissance et de puissance ? A l'image de cet arbre…

Grand-mère, enseignante retraitée qui a bien écouté le point de vue différent de chacun, se lance à son tour à donner le sien. En fait elle reprend des éléments que chacun a fournis pour les assembler et en faire une sorte d'exposé que l'on peut trouver sur internet ou dans un cours de sciences de la Nature. Elle parle tour à tour de la terre où aiment pousser les chênes, de leurs racines, de leur écorce, de la sève, de la nature du bois, de son utilité pour faire en particulier des parquets, des meubles, pour la construction… de la durée de vie des chênes, de leur vulnérabilité, des insectes nuisibles et autres chenilles qui peuvent leur nuire et les menacer de mort…

 Ainsi, dans une seule famille et devant le même arbre, plusieurs points de vue peuvent s'exprimer, différents, tous vrais, partiellement… Comment imaginer qu'il en soit autrement face aux questions les plus banales de la vie quotidienne et plus encore devant les problèmes les plus "brûlants" ?