La Résurrection de Jésus est le point fondamental de la foi chrétienne. Vainqueur de la mort, le Christ ouvre la voie de la vie éternelle à tous les hommes. La mort n'est pas désintégration et disparition du Tout d'une vie humaine, mais émergence et éclosion à une vie éternelle des forces spirituelles ayant animé une vie humaine. Bien sûr tout ce qui est lié et conditionné par le temporel et le spatial meurt physiquement et biologiquement. Mais tout ce qui venait de Dieu y retourne pour être ressuscité et s'épanouir pleinement en lui. Ce qui continue à vivre de nous après la mort, c'est tout ce qui, dans le déroulement de notre existence, était commun avec Dieu, nous donnait de vivre comme lui et avec lui. Or chacun(e) doit peu à peu, dans sa vie, substituer à ce qui est mortel - le moi individualiste, l'égoïsme, l'orgueil, le mensonge, la cupidité - des valeurs qui ont la marque éternelle : l'amour, le don de soi, le pardon, la relation, la liberté et la vérité, la responsabilité, l'humain selon Jésus…

 Or chacun peut faire l'expérience que le choix de vivre selon Dieu est un combat quotidien. Il suppose de résister aux pressions des circonstances, des conditionnements, de l'environnement, et d'abord des pulsions et des instincts. Il suppose des choix de vie en conscience éclairée.

 Il est d'autres morts que celle qui termine la vie terrestre. Il est des petites morts, tout au long de la vie, pour lesquelles chacun développe dès ce temps sa vie éternelle. Aussi ressusciter, de la même façon, n'arrive pas seulement après la mort, mais tous les jours, dans la trame et les rencontres des jours. Nous pouvons comprendre que ce qui est semé de bien, de juste, de vrai, d'humain, de bon, dans nos vies, et sélectionné par choix préférentiel, développe en nous la vie divine et nous prédispose à être en Dieu lorsque par la mort nous serons détachés de la terre et accueillis au ciel. On pourrait presque dire que notre vie physique, intellectuelle, morale, est comme un temps voué à laisser Dieu prendre de plus en plus de place et d'importance à travers nos choix, nos attitudes et nos comportements les plus humains.

 Si l'on peut dire d'une personne que sa vie n'a été qu'un long itinéraire où elle s'est dépossédée, où elle a progressé, où son cœur s'est élargi, où son esprit a cherché et mieux compris, où elle s'est montrée généreuse, alors on sait que ce "meilleur" va passer au-delà de sa mort et l'ancrer en Dieu éternel, garant de tout ce qui a en tout homme vocation à l'Eternité. La Résurrection est donc une transfiguration de la vie libérée des conditions et contraintes temporelles, physiques, spatiales, en vue d'une communion en pleine lumière avec Dieu et celles et ceux qui l'ont rejoint, lui l'Immortel et l'Eternel.

 A Pâques, Jésus ressuscite pour nous entraîner à sa suite et nous retrouver en Dieu, tout en étant dès ici-bas pour nous "chemin, vérité et vie". Regarder la résurrection comme une réalité à déployer dans notre vie actuelle, comme une conquête de vie contre toutes les forces de mort, c'est bénéficier dès maintenant de notre statut de ressuscités qui sera cependant définitivement scellé quand nous "verrons Dieu face à face".