En voyant Jésus prier chaque jour, ses proches lui demandent : "Seigneur, apprends-nous à prier". Et Jésus leur enseigne la prière du Notre Père dans laquelle ceux qui prononcent ces paroles reconnaissent Dieu comme unique et commun à tous ceux qui se tournent vers lui. De plus, en disant ensemble cette prière que Jésus a confiée à ses disciples de dire en sa compagnie, les chrétiens se reconnaissent de la famille de Jésus. Cette même façon de s'adresser à Dieu comme Père invite ceux qui le prient à se reconnaître comme frères et sœurs en humanité. Lorsque chacun(e) se joint à la prière de Jésus, il se sent fils ou fille de Dieu.

 "Lorsque deux ou trois sont réunis en mon nom", disait Jésus à ses amis, "je suis au milieu d'eux". Chaque fois que des chrétiens se réunissent, même en petit nombre, pour prier, Jésus "préside" cette rencontre. Il n'est besoin ni de prêtre, ni de diacre, pour valider cette prière. Certes il est dans la mission des prêtres d'apprendre aux baptisés à prier et à organiser des prières communautaires. En constatant ce besoin d'apprendre, les cinq paroisses du Secteur Pastoral du Vouzinois proposent un "Atelier Prière". On y apprendra les diverses formes de prière : demande de pardon, contemplation, merci, confiance… On apprendra aussi comment organiser et célébrer une cérémonie de fête de village.

Déjà des catéchistes savent réunir des enfants avec leurs parents pour des célébrations préparées et adaptées. Déjà des personnes ont appris à animer des obsèques, ainsi qu'à accueillir et accompagner des familles en deuil. C'est dans la même perspective que nous invitons toutes les personnes des villages que cela intéresse à s'inscrire à l'Atelier Prière que nous ferons à Vouziers, en vu d'apprendre à prier seul ou à plusieurs.

 Oui ! Nos paroisses doivent se doter de personnes capables d'assurer ce beau service de la prière jusque dans le village le plus petit et le plus éloigné, quitte à unir les forces, modestes, de plusieurs communes pour assurer par exemple la célébration de la fête du saint patron. Si nous consentons à cet effort d'investissement, alors l'avenir de la prière entre chrétiens sera assuré.

Ce projet va donc contre la tendance à tout centraliser et regrouper. Il vise à donner de la capacité et de la vitalité à la foi vécue au plus près de notre vie.

Enfin, cette proposition n'est nullement en contradiction avec le regroupement dominical de la messe paroissiale. Au contraire, des "petites" assemblées de prière augmentent, sans aucun doute, le désir de retrouver la communauté invitée chaque semaine à se nourrir de la Parole et de la communion eucharistique, sources de notre foi, de notre Espérance et de notre charité.