Chaque année, ce même évangile dit des "Béatitudes" est lu pour la Toussaint. Jésus prononce ces paroles devant des gens qui ont gravi la montagne pour s'élever à la rencontre de Dieu qui, lui, est descendu vers eux. Pour comprendre cette charte du bonheur, il faut prendre de la hauteur et se mettre à l'école de Jésus qui enseigne son chemin de vie. Car ce qu'il dit et recommande dans ce texte, il l'a pratiqué lui-même. Or, tous les saints, chacun à sa façon et en son temps, ont à un moment de leur vie choisi de trouver leur bonheur selon les Béatitudes.

 Pierre avait promis à Jésus d'aller partout où il irait : il l'a renié 3 fois lors du jugement. Humilié, il a compris qu'il devait se laisser pardonner et aimer, guider par Jésus. Il est devenu le premier Pape de l'Eglise.

Paul de Tarse, d'abord persécuteur des chrétiens, a compris qu'il se trompait. Il est devenu l'ardent missionnaire des pays méditerranéens.

 Ces gens que l'on vénère aujourd'hui comme des saints sont souvent passés par une période dissolue de leur vie : Augustin, François d'Assise, Charles de Foucauld. Jésus les a conviés à entendre ces paroles :

"Heureux les pauvres de cœur…" Ne soyez pas orgueilleux, prétentieux, reconnaissez vos limites et vos faiblesses, vos manques… Vous avez encore tant à apprendre et à comprendre, à changer et à vous améliorer.

"Heureux les doux"… Les saints, même ceux qui étaient officiers, tels Paul, Martin de Tours, Ignace de Loyola, ont abandonné la force des armes pour choisir l'arme de la douceur.

"Heureux ceux qui pleurent"… Car les souffrances qu'ils endurent ouvrent leur cœur aux autres et développent leurs qualités humaines de compassion, de communion et de compréhension.

"Heureux ceux qui ont faim et soif de la justice… ils seront rassasiés…" Ils ressemblent à l'enfant dont la soif de découvrir beaucoup plus lui donne de grandir. Au savant dont la faim de connaître en fait un chercheur permanent. Ceux qui ont faim et soif de justice s'épanouissent dans leurs engagements.

"Heureux les miséricordieux"…, ceux qui savent s'élever au-dessus du mal en accordant leur pardon aux personnes qui parfois s'en rendent coupables. Ils se montreront plus forts que faibles… "Pardonne-nous nos offenses comme nous pardonnons aussi à ceux qui nous ont offensés", disons-nous dans le Notre Père à la suite de Jésus.

"Heureux les cœurs purs, ils verront Dieu"… Ceux-là n'ont pas le regard hautain… Ils se laissent traverser par la lumière comme les vitraux d'une cathédrale. Ils ne revêtent pas de masque. Ils ne sont pas hypocrites, leur parole est sincère et vraie. Le contraire de l'obscurité… Leur cœur est droit et sans arrière pensée. Ils verront Dieu qui fait signe au travers des personnes, des événements, des rencontres, des changements.

"Heureux les artisans de Paix, ils seront appelés fils de Dieu"… Ceux-là qui ont jeté au rebut les paroles méchantes, violentes, les jugements à l'emporte-pièce, les ruptures, la haine et la vengeance… Artisan évoque le lent tissage de relations dans les couples, les familles, le voisinage, tous les lieux où l'on se côtoie… Ceux-là qui ouvrent et consolident des chemins, des routes, des passerelles et des ponts par-delà les différences et rétablissent des liens par-delà les divergences, ceux-là se conduisent en authentiques enfants de Dieu.

 Cet Esprit des Béatitudes que les saints ont adopté, chacun selon un accent en particulier, a souvent suscité la persécution à leur égard, jusqu'au martyre pour beaucoup d'entre eux. Et Jésus le premier en sait quelque chose, puisqu'il a payé du sacrifice de sa vie les choix, les actes et le Bien qu'il a fait. "Heureux serez-vous si l'on vous insulte, si vous l'on persécute et si l'on dit faussement toute sorte de mal contre vous, à cause de moi"…

 Un saint est toujours en attente de mieux. Il est pauvre de cœur, il a faim et soif de liberté, de Justice, de Paix, de fraternité. A l'inverse, celui qui se considère rassasié, satisfait, arrivé ou installé, prend une posture de fermeture. Il se prive alors de toute relation, de tout progrès et enrichissement, de tout don qui pourrait lui être offert. Heureux celles et ceux qui demeurent ouverts aux autres et au Tout Autre qu'est Dieu, curieux d'apprendre, sensibles à la vie d'autrui. Heureux ceux qui agissent, même au stade artisanal, à la mesure de leurs possibilités et capacités, pour la Justice et la Paix.

 La sainteté, ne la voit-on pas dans le quotidien bien occupé de la maman fidèle au poste dans sa maison ?

Dans le dialogue confiant et insistant de la vie du couple ?...

Dans la disponibilité vigilante et permanente des parents vis-à-vis de leurs enfants…

Dans la patience et l'intelligence des enseignants au milieu de leurs élèves…

Dans la ténacité du scientifique toujours avide de chercher pour savoir plus et mieux…

Dans la capacité de résilience de celui qu'aucun obstacle ou souffrance n'arrête en cours de route…

Dans la capacité d'initiative et la fidélité dans le service de celles et ceux qui assument une responsabilité civile… Du chef d'entreprise qui se soucie d'assurer la qualité et la vente de ce qu'il produit, en même temps que la justice vis-à-vis de son personnel…

Dans tout éducateur soucieux de témoigner des valeurs morales fondatrices d'humanité et de fraternité…

Dans la probité, l'esprit de service du Bien commun des responsables politiques, syndicaux, associatifs…

 La liste des saints n'est pas complète avec celle du calendrier. On prend encore des inscriptions, avis aux candidats pour ce marathon de la sainteté !…