Non, le monde n'est pas peuplé que de gens généreux, bons, serviables et altruistes. Oui  ! Il existe des gens méchants, fourbes, cruels, tortionnaires, néfastes pour les autres… Non ! Il n'est pas que le mal fatal. Le mal peut être volontaire et intentionnel. Le mal génère tant de blessures et de déchirures que sont les guerres, les haines, les jalousies, les calomnies, qui exacerbent l'instinct de nuire, de dominer jusqu'à détruire. Il est des régimes économiques et politiques idéologiques, totalitaires, qui interdisent de penser et de diffuser ses idées, qui verrouillent les consciences, qui prétendent à uniformiser tout comportement, qui empêchent toute expression religieuse publique. Les sociétés sont malmenées par ces courants adverses, les cultures que nous respirons sont imprégnées de ces nuisances faites à l'humanisme. Et pourtant j'ose dire ici combien des signes évidents montrent que l'Humanité avance dans un processus de progression irréversible.

Bien sûr l'on peut assister à des régressions, mais elles ne sont que transitoires. Les intégrismes culturels et religieux qui prétendent à revenir au "passé" pour en adopter les idées et les postures ne seront toujours que passagers. Il ne s'agit que d'une question de temps et de persévérance pour qu'ils soient emportés par ces puissantes aspirations à ces valeurs universelles que sont la dignité de tout être humain, l'égalité, la justice, la liberté, en un mot les droits de l'homme et de la femme, les droits des enfants.

Même s'il existe beaucoup de cas d'infractions à ces droits sur toute la surface de la terre, aujourd'hui, ces faits ne bénéficient plus de l'impunité. Des institutions, de caractère universel, sont en mesure de les convoquer et de les juger, même si leurs moyens de faire appliquer les sanctions demeurent encore trop limités. Un état ne peut pratiquer la torture sans que les médias ne le fassent connaître et que les organismes internationaux mandatés pour faire respecter les droits de la personne humaine ne prononcent une condamnation.

C'est ainsi qu'une culture de plus en plus humaniste s'impose dans les états et dans les esprits. Je pense à toutes les formes d'esclavage qui sévissent à travers le monde : corruption par l'argent, prostitution, soumission humiliante de la femme, des faibles, des pauvres, racismes et ostracismes. Dans le même temps, il faut considérer que ces travers persistants ne peuvent plus se dérouler dans l'ombre et que leurs auteurs sont démasqués et dénoncés.

La société civile, les dirigeants d'entreprise, les milieux médicaux suivent des formations à l'éthique. Ils acquièrent ainsi les capacités de prendre des décisions et d'orienter leurs responsabilités selon des repères légaux et moraux. C'est aussi ce qui me fait dire que l'humain reprend du terrain et revient à la place qui lui est normalement réservée, c'est-à-dire le cœur de l'histoire. Les religions elles-mêmes qui subissent leurs intégristes, qui s'expriment, il est vrai, de façon parfois très différente, pacifique ou violente, prennent soin parfois de se démarquer, et même de condamner ce que ces intégristes prétendent faire au nom de Dieu alors qu'ils ne visent qu'à dominer et à détruire "les autres".

Les événements monstrueux et si douloureux auxquels nous venons d'assister avec stupeur et horreur s'enracinent dans des causes proches et lointaines… Puissent-ils au moins susciter des débats et des réflexions fécondes sur la marche de la société actuelle et générer en chacun de nous un examen de conscience vrai ! "Heureux les artisans de Paix", nous dit Jésus…