Dans la vie des disciples de Jésus, il est un avant et un après de la Résurrection du Christ. La Passion et le Golgotha les abattent. La Résurrection les met debout. A la Pentecôte, l'irruption de l'Esprit en leur vie les fait sortir et oser témoigner. Cette Lumière à la Résurrection et ce souffle ne s'arrêteront plus jusqu'à nos jours. L'histoire de l'Eglise est jalonnée de sages et de saints, de chrétiens dont la vie a rayonné de la lumière du Christ. Aussi je ne peux vous montrer le Christ qu'à travers ce que témoignent de lui les personnes à qui son message évangélique donne à vivre.

Jésus, je ne peux vous le montrer, mais je peux vous raconter comment Jésus va encore aujourd'hui à la rencontre d'hommes et de femmes qui deviennent alors ses amis. Car aujourd'hui Jésus se fait connaître et aimer par des gens qui avant ne s'intéressaient pas à lui. Permettez-moi donc d'évoquer la vie de ces gens que l'amitié de Jésus transforme :

 Anne Roumanoff, comédienne, humoriste : "Jésus est pour moi l'amour et le pardon. Je suis d'origine juive et j'ai découvert la religion catholique à travers mon mari qui est croyant et pratiquant… Je suis très sensible à la notion de pardon développée par Jésus : se pardonner à soi, pardonner aux autres et être pardonné par Dieu. Aimer les autres, tous les autres. C'est très difficile à réaliser, mais l'important c'est d'essayer, et puis je trouve ça bien d'avoir un idéal inaccessible".

 Guy Gilbert, le curé des loubards : "Jésus, un rebelle à tous les faux-semblants, un provocateur. Le lavement des pieds est un de ses signes les plus forts ! Deux mille ans plus tard, cette façon de placer l'homme avant la loi reste à contre courant. J'aime sa façon de ne pas juger, de questionner en laissant l'autre maître de sa réponse. Au centre de tout, je vois son humilité et sa douceur qui sont les seuls antidotes à la violence. Son plus bel acte ? L'eucharistie : sa manière de rester parmi nous et de nous donner de la force. Par la réconciliation, il nous permet de vider nos poubelles pour repartir à neuf"…

 Max Gallo, écrivain et historien : "Jésus m'est très proche… Par sa crucifixion, il prend en charge la souffrance des plus humbles. Il révolutionne le rapport que nous avons à l'autre. Le plus humble devient le semblable du plus grand".

 Ladji Diallo, comédien, conteur et chanteur : "Quand j'étais adolescent en banlieue, je cognais plus fort que les autres, alors j'étais respecté. C'était ça mes valeurs, être un dur, le plus fort, faire peur aux autres. Au fond de moi, je cachais de grandes blessures… Un jour j'ai compris que Dieu m'aimait dans ma faiblesse… Je me suis mis à pleurer… Le métier que j'ai choisi traduit ma quête d'amour et de vérité. Ecrire des chansons, raconter des contes, c'est une manière pour moi d'être présent aux gens… Le plus important, c'est ma femme Martine et nos deux enfants"…

 Shabbaz Bhatti était ministre du gouvernement pakistanais. Seul chrétien dans un pays à très forte majorité musulmane, il défendait les minorités religieuses. Il a été assassiné de 25 balles… Dans son testament, Shabbaz Bhatti écrivait : "Je ne cherche pas la popularité, ni de position de pouvoir… Je veux seulement une place aux pieds de Jésus, pour le suivre et en témoigner… On m'a demandé d'abandonner la bataille en échange de plus grandes responsabilités. Si j'ai refusé, c'est pour servir Jésus en tant qu'homme du peuple… Plus je lis la Parole du Seigneur, et plus ma force et ma détermination sont renforcées jusqu'à suivre le chemin du Calvaire"…

 En Irak, 150 000 chrétiens ont été chassés de chez eux ! Les terroristes de "l'Etat islamique" leur ont demandé d'abandonner leur religion ou de se soumettre à des obligations discriminatoires. Nos frères, qui sont présents dans la plaine de Ninive depuis deux mille ans, ont préféré tout perdre (papiers d'identité, maisons, bijoux, voitures, souvenirs…) pour garder leur foi !

 Le dernier exemple est celui d'Anne-Sophie, 19 ans, qui invite ses parents non croyants à son baptême : "Chère Maman, cher Papa… C'est rare qu'on en parle ensemble. Mais aujourd'hui j'aimerais vous parler de ma foi… En grandissant j'ai tenté de connaître Dieu davantage… Je me suis engagée depuis l'hiver dernier sur le chemin du baptême. Papa, lors de mon "entrée en Eglise", 1ère étape vers mon baptême, tu as pleuré, toi qui es athée. Je crois que tu as compris à quel point mon engagement est sérieux. Aussi Maman, Papa, je vous invite à assister à mon baptême, cette année, à Pâques, afin que malgré nos différences vous célébriez avec moi l'amour du Christ. Je vous aime. Anne-Sophie"…