La Paix dépend de chacun de nous. Mais nous n'avons ni moyens ni pouvoir. C'est aux grands, aux puissants, d'établir la Paix, allez-vous me dire. Or je voudrais vous montrer que chacun de nous possède une capacité, c'est celle de la parole. La parole peut relier, elle peut nouer l'entente et l'amitié. Mais la parole peut aussi agresser et diviser… Alors, qu'en est-il de l'usage de la parole dans ma vie ?

La Paix est un bien commun très précieux. Quand on est fâché, quand on se dispute, quand règnent l'intolérance et la violence, on devient triste et malheureux. On peut en effet s'agresser de beaucoup de façons, mais la plupart du temps c'est par des mots blessants.

Les pays se font la guerre et détruisent avec des armes : les terroristes aussi. Nous, on peut salir les autres par des mensonges diffusés sur eux ; on peut les calomnier, dire d'eux du mal qui n'est pas vrai, les accuser de mal qu'ils n'ont pas commis. On peut les injurier, se moquer d'eux, de leur famille. Les enfoncer encore plus s'ils font des erreurs. Ironiser sur leur physique, sur leurs difficultés ou leurs faiblesses.

Nous le savons bien, il y a aussi des mots pensés et cachés, des préjugés, qui font encore plus de mal quand ils sont prononcés ou affichés en public. Celui qui en est victime a alors envie de se venger. Et ces paroles injurieuses peuvent devenir un déchainement et l'occasion d'amasser de la haine qui ressortira un jour. La violence déclenche l'instinct de violence, début d'une spirale qu'il faut sur le champ maîtriser. Bravo à ceux qui s'efforcent d'éteindre les débuts d'incendie et à ceux qui font barrage aux inondations.

Mais, à l'inverse, le langage des mots permet aussi de créer et fonder de bonnes relations quand on a le désir et l'intention d'être accueillant aux autres, de les regarder avec bienveillance même s'ils sont différents de nous. Les mots, alors, au lieu d'être des bombes qui font sauter les ponts, sont des piliers solides qui les construisent. Ces mots qui appellent à se découvrir et à se connaître, qui montrent l'intérêt que l'on a pour ce que sont et pensent les autres. Les mots pour remercier, pour admirer, pour consoler, pour sécher les larmes du cœur et assécher la morosité, les mots pour encourager un ami qui vient de subir un échec, qui est menacé d'une épreuve familiale, les mots pour redonner de la confiance en la vie à qui en manque. Il y a des mots qui font des liens et donnent de l'enthousiasme, qui établissent la vraie Paix. Mais, à l'inverse, il y en a d'autres qui rendent cette paix fragile et créent des divisions.

Si je n'ai jusqu'à présent parlé que des mots, c'est parce que chacun et chacune d'entre nous détient cette capacité du langage, de parler. Et le choix d'utiliser notre langue soit pour le bien, soit pour le mal, chacun l'a aussi. Cette capacité de choisir s'appelle la conscience. Car les mots qui sortent de notre bouche ne sont jamais automatiques. Ils sont préparés dans notre liberté de conscience. Là où naissent et se développent nos intentions.

Figurez-vous que Dieu s'est posé des questions vis-à-vis de l'humanité qui avançait trop de travers et choisissait trop souvent le mal au lieu du Bien. Il s'est dit : "Que vais-je faire pour aider les hommes à choisir une vie meilleure ?" Alors, tout au long de l'histoire du Peuple hébreu, il a longuement préparé le cœur et l'esprit de ce peuple à accueillir celui qu'il enverrait… Puis il a envoyé son Fils Jésus vivre sur terre. Pendant 33 ans de vie, depuis sa naissance, pauvre et humble à Bethléem, jusque sa mort sur la croix, Jésus de Nazareth – dont les parents se nomment Marie et Joseph -, va parler, agir, prendre des initiatives. Et à travers ses choix, ses faits et gestes, il va délivrer, faire connaître un Message de vie et d'amour. Etre pour nous un exemple de non-violence et de Paix.

Avec Noël, qui nous rappelle la naissance d'un bébé dans une mangeoire, dans une étable, au milieu des bergers et des moutons, nous comprenons que Dieu aime les petits, les humbles, les pauvres ; nous comprenons qu'Il apporte la Paix. Les anges eux-mêmes chantent cette Paix à laquelle chacun(e) de nous doit contribuer pour que nous puissions en bénéficier tous ensemble.