L'Eglise est dépositaire du message chrétien. Elle a reçu du Christ la mission de le diffuser dans le monde entier, en toute langue, culture et histoire, en tout moment et en toute circonstance, afin que tout être humain puisse l'entendre, le comprendre et s'en inspirer pour sa propre vie. Mais en quoi un message délivré il y a plusieurs siècles peut-il être considéré aujourd'hui comme étant encore d'actualité et garder un caractère universel ?

Si le message évangélique transmet ce que Jésus a révélé de Dieu, il a aussi montré quel chemin humain était préférable en réponse aux aspirations et au désir de réussir sa vie terrestre, non seulement individuellement mais également en société. En soulignant le primat de la dignité de tout être humain depuis le début jusqu'à la fin de sa vie, la liberté de conscience dont chacun doit pouvoir se réclamer, le droit et la justice comme références universelles en affirmant comme principes de cohabitation la Paix, le Pardon, la fraternité humaine, le refus de toute violence et intolérance, le Christ définit en ses paroles, ses actes, sa personne, le chemin que tout être peut suivre lui-même en sa propre vie.

Aussi ce message chrétien qui part de ces convictions que tout être humain a pour vocation de ressembler à Dieu puisque créé à son image et que Jésus en est le modèle réel et historique, l'Eglise se doit de le diffuser comme un héritage précieux qui ne lui pas été confié pour qu'elle en fasse un musée, mais une carrière de belles pierres solides destinées à édifier l'humanité de toute époque. La Foi, l'Espérance et la Charité ne sont pas des cadeaux de Dieu que l'on conserverait dans un papier d'emballage, mais au contraire des vertus à déployer et à conjuguer aux petits et aux grands événements de nos existences quotidiennes.

Mais qui est l'Eglise ? Elle est certes la hiérarchie mandatée par son organisation et son fonctionnement, mais aussi tous les baptisés conscients de leur vocation et de leur mission d'être relais et témoins d'Evangile dans leur milieu de vie : familial, social, professionnel, associatif, coopératif… Rappelons-nous la comparaison que saint Paul fait de l'Eglise en prenant l'image du corps humain dont les membres aux fonctions différentes trouvent leur convergence et leur unité dans l'unique existence du corps tout entier. Dans la plus modeste des communautés chrétiennes, le plus petit et le plus jeune, le plus faible, peut révéler une parcelle du message chrétien. Et le Christ compte sur lui pour tenir ce rôle !

Enfin si l'Eglise, au cours de l'histoire, a parfois revêtu les habits de pouvoirs politiques, elle doit en réalité s'en tenir distante afin de demeurer libre de pensée, d'expression et d'action. L'Eglise en tant qu'institution n'a pas vocation ni mission à diriger la société. Elle a en revanche à témoigner des principes, des valeurs, des critères dont la société peut s'inspirer pour se structurer et fonctionner. Par exemple, s'il est exact que la fondation de l'Europe doit beaucoup à ses racines chrétiennes, l'Eglise catholique n'ambitionne nullement de prendre les rênes politiques de sa conduite. Elle souhaite cependant que la vision de l'Homme qu'elle tient de Jésus-Christ soit mise à disposition de ceux et celles qui ont charge de conduire les "affaires publiques" et d'assurer le "vivre ensemble" dans le respect et la paix, la justice et le droit. L'Eglise accomplit cette tâche par les moyens de la conviction et de l'adhésion, de la non-violence.