L'on peut chercher et découvrir Jésus à travers sa vie humaine : ses pensées exprimées, ses paroles, ses actes, ses attitudes et ses réactions en rapport aux situations diverses traversées. Aussi, pour décrire le récit de ses 33 ans d'existence terrestre durant lesquels Jésus a partagé notre condition humaine, il nous suffit d'explorer les textes bibliques qui témoignent des traces de son passage et des reflets de sa personnalité.

Jésus est né au cœur d'un couple, Marie et Joseph, de condition modeste. Il a vécu jusque 30 ans dans un village, Nazareth, simplement et sans éveiller l'attention. Ainsi Dieu a voulu que sa vie prenne les couleurs et le parfum de l'humain à la manière d'une levure bien mélangée à la farine qui prend le temps d'accomplir sa mission de ferment. Sans rien perdre de son origine divine, Jésus s'est fait pleinement homme pour lier et allier librement les deux.

Le repas de noces à Cana est comme une bande annonce de ce qu'il va accomplir durant ses 3 ans de vie publique : transformer et améliorer. Il se dira semeur, vigne, guérisseur de toute humanité. "Je suis venu pour que tous aient la vie, en abondance". Face à tout ce qui freine, compromet la vie en toutes ses possibilités, Jésus cherche des solutions vitales avec le concours et la confiance de celles et ceux qui bénéficient de son intervention. Quelles que soient leur origine et leur appartenance, Jésus est là pour tous. Sans interdits, ni limites, ni conditions, ni préjugés, Jésus s'approche, entre en dialogue, éveille, interpelle, prend soin, appelle, s'entretient, pardonne, envoie et fait progresser…

Toujours avec patience, confiance, insistance, mais dans le total respect de la liberté de conscience de son ou ses interlocuteurs. Jésus donne gratuitement, sans mesure et sans attendre de réciprocité. Jésus pardonne les fautes, il ne juge pas et encore moins ne se venge des blessures qui lui sont infligées. Sa conduite demeure miséricordieuse, faite de compassion : "Père, pardonne-leur, car ils ne savent pas ce qu'ils font"… quelle que soit l'énormité des injustices commises.

Comme dans la parabole du Fils Prodigue et du Père rempli d'Amour, son acceptation des souffrances, dans son jugement et sa condamnation, son chemin de Croix, qui le blessent au moral comme au physique, sa crucifixion, ne le feront pas dévier du choix d'aimer qui est demeuré jusqu'au Golgotha le fil conducteur de sa vie au cœur de l'Humanité. Saint Jean pourra ainsi constater que l'Amour incarné par Jésus ne meurt pas. Il traverse la mort et le re-(s)suscite en Dieu. Par la trajectoire et les séquences successives de son existence, Jésus nous démontre ainsi qu'il est possible de le suivre en son humanité, lui qui s'est proposé à nous comme "Chemin, Vérité et Vie".