Sans doute pour me libérer d'une certaine réserve et timidité, j'aime m'exprimer par écrit. Ceux et celles qui m'ont eu comme curé de leur paroisse le savent bien. Aujourd'hui, c'est mon blog, - que l'on peut trouver sur internet -, qui est le "tableau" sur lequel je continue à m'exprimer. Volontairement, je m'en tiens à des billets qui ne dépassent pas une page 21 x 29,7 cm, pour que mes lecteurs ne soient pas trop vite découragés par une longueur excessive ou un langage qui leur apparaîtrait compliqué.

Les thèmes abordés me viennent par les confidences et les questions de gens rencontrés. La vie, le Bien, le mal, la souffrance, la violence,  la mort, la liberté, la conscience, la foi, l'engagement… D'où venons-nous ? Où allons-nous ? Par quel chemin passer ? J'aborde aussi bien sûr des thèmes religieux : Qui est Jésus ? Que veut dire libérer ? sauver ? Que trouve-t-on dans la Bible ?Prier, à quoi bon ? Qui est Dieu, selon Jésus, pour nous ? Je m'efforce de répondre avec clarté, car j'ai la conviction que le Saint-Esprit ajoutera dans le cœur de mes lecteurs ce qu'ils auront à chercher et trouver par eux-mêmes. Autrement dit, je n'ai pas la prétention de clore une question par ce que je peux en exprimer. A chacun(e) il revient de poursuivre.

Ecrire représente d'abord pour moi un besoin de mettre des mots et de formuler un contenu pour satisfaire déjà mon désir de connaître et de comprendre. En deuxième vient que ce que je sais, je ressens le devoir de le partager avec les personnes que ces thèmes abordés intéressent aussi. J'ai la conviction que transmettre et témoigner sur des sujets de nature intellectuelle, morale, spirituelle, religieuse, représente un partage humaniste très important dans une société matérialiste et consumériste, profondément marquée par le visible et le sensible, le transitoire et le provisoire, l'immédiateté et l'oubli de la durée !

De temps en temps mais trop rarement, je reçois un petit écho aux billets publiés sur mon blog. Car je ne sais si j'ai beaucoup ou peu de lecteurs, ni où ils vivent. Je pourrais sans doute m'améliorer dans mon langage et les thèmes abordés si j'étais davantage interpellé !

Ce devoir de m'exprimer, je me le suis moi-même donné quand j'ai vu tant de gens confrontés à la souffrance : maladie, mort, accidents, handicaps, échecs, divisions, et tant de gens interrogatifs sur les questions d'origine, de sens et d'horizon, de finalité de l'existence humaine, de vivre ensemble conjugal, familial, social… Tant de gens s'interrogent sur la marche et l'histoire du monde. Parmi tous les drames auquel la vie nous confronte, je soulignerai le suicide des jeunes, qui me bouleverse le plus…! Comment un jeune peut-il avoir accumulé en lui tant de désespoir et de dégoût de la vie qu'il en vienne à supprimer la sienne ?

Ce billet daté du 1er janvier 2017, qui vient après une année 2016 épouvantable à bien des égards, a pour but d'exprimer la visée de ce blog, mais surtout de rejoindre ses lecteurs et lectrices dans leur vie réelle, dans leurs aspirations, leurs désirs, leurs besoins, leurs joies, leurs réussites, leurs échecs, leurs projets… Je vous souhaite, non pas de ne jamais rencontrer d'ennuis dans la vie, mais plutôt d'avoir de la réserve en vous pour les affronter et les dépasser jusqu'à les transformer en leviers pour progresser en vous humainement, et pour mieux comprendre les autres, même différents !

Alors, bonne et belle, féconde année 2017 à tous et chacun(e) !

 

P.S. Si vous ne possédez pas d'ordinateur, vos petits-enfants savent très bien aller sur celui de leurs parents ou de leur grande sœur ou grand frère lycéen ou étudiant. Alors demandez-leur de vous imprimer mes billets sur papier. Ce sera un cadeau qu'ils vous feront !...