La messe, aussi appelée Eucharistie, est au cœur de la vie cultuelle et spirituelle de l'Eglise catholique. La dernière cène à laquelle Jésus a participé au milieu de ses proches a été l'occasion pour lui "d'instituer" la messe à partir de ce mémorial juif ritualisé chaque année. Accueillons ces nombreuses informations que comporte ce récit de la Cène.

Celui-ci fait mémoire de la sortie et de la libération du Peuple hébreu après 400 ans d'exil en Egypte, au cours d'un repas dans lequel Jésus va prélever un peu de pain et de vin pour les transformer en son corps et son sang, préfigurant le sacrifice de sa vie donnée tout au long de son itinéraire terrestre. Durant ce repas, Jésus donnera un enseignement et livrera des recommandations. Il priera longuement son Père à haute voix. Ses paroles sont nourrissantes. Elles donnent à connaître et comprendre les motifs et le sens pour lesquels Jésus est venu et a vécu, a fait le don de sa vie. Désormais ce ne sera plus pour les chrétiens la mémoire du passé qui sera célébrée, mais l'avènement du Christ présent dans la Parole, le pain et le vin. Et, en recevant l'hostie, tout chrétien s'unit à Jésus et par lui est communié à tous ceux qui le reçoivent aussi. Ainsi unis les uns aux autres en Jésus, ils forment tous ensemble le Corps du Christ que l'on appelle l'Eglise, qui continue sa présence universelle dans l'histoire de l'Humanité.

Au cours de ce repas, Jésus a accompli le geste étonnant de laver les pieds de ses disciples, y compris de Judas qui fomentait déjà en son cœur le projet de trahir "le maître". Jésus définissait par ce geste la façon d'exercer et de valoriser son pouvoir et son autorité. Jésus s'abaisse et lave les membres les plus bas et les plus poussiéreux du corps, souvent les plus sollicités et les plus fatigués par la marche quotidienne. A quelques heures de son arrestation, Jésus résume par cette initiative le fil rouge de ses 33 ans de vie, et en même temps il indique à ceux qui vont devenir les fondations de son Eglise l'esprit évangélique qui devra inspirer leur conduite chrétienne et missionnaire.

A la fin de cette "célébration liturgique", Jésus dit : "Comprenez-vous ce que je viens de faire pour vous ? Vous m'appelez 'Maître' et 'Seigneur' et vous avez raison, car vraiment je le suis. Si donc moi, le Seigneur et le Maître, je vous ai lavé les pieds, vous aussi vous devez vous laver les pieds les uns aux autres. C'est un exemple que je vous ai donné afin que vous fassiez vous aussi, comme j'ai fait pour vous". Dans l'Eucharistie, Jésus fait plus encore que servir, laver et purifier. Il se donne tout entier puisque, par l'hostie ingérée, il s'incorpore à nous et nous nous incorporons à lui. Sa vie nous divinise en même temps qu'elle divinise celle des autres qui communient aussi à lui.

La symbolique du repas comme lieu et temps d'une rencontre entre le divin et l'humain, entre croyants par Jésus qui les réunit autour de lui, qui les communie en lui, par sa Parole et son Pain de Vie, cette symbolique est porteuse d'un précieux message que les messes distribuent sans restriction, comme des dons venus de Dieu.