Comment faire croire et faire sienne cette phrase par laquelle Jésus a défini sa venue sur terre et sa mission de salut ? La question revient à expliciter comment et de quoi Jésus nous "sauve". Alors que nous avons à parler à nos contemporains épris de liberté individuelle, d'autonomie et même d'auto-suffisance, le salut qu'offre Jésus n'a rien à voir avec un remorquage ou une dépendance déguisée, ou même avec un sauvetage "in-extremis" avant de paraître devant Dieu lors de l'accostage "à l'autre rive"…

Jésus nous sauve en s'offrant lui-même comme un "Chemin de Vérité et de Vie" pour tous ceux qui choisissent librement, par décision et engagement, de le suivre. Aussi est-il important d'aller à la découverte des paroles, des faits et gestes, des actes, des comportements qui illustrent la vie terrestre de Jésus et qui nous délivrent ainsi les indications à suivre pour dérouler notre propre existence. Et c'est ainsi que positivement Jésus peut nous sauver, à savoir nous donner l'assurance d'aboutir au terme où lui-même nous attend. Alors qu'il se fait ainsi "chemin" pour chacun et chacune d'entre nous, notre humanité ne subit aucune effraction de sa part, aucune aliénation de notre liberté et de nos responsabilités personnelles.

Le fait d'avoir une carte en main, un copilote ou un GPS n'enlève rien de ses capacités au pilote d'un véhicule. Sur la route de notre vie, Jésus n'est même pas le gendarme qui nous prend en faute avec ses jumelles lorsqu'il nous arrive de commettre une infraction, ou qui nous arrête pour nous pénaliser ! La route que se propose d'être Jésus comporte bien sûr des panneaux indicateurs qui sont autant de conseils et de consignes, et assurent le sens, la bonne direction, donnent confiance et assurance pour espérer aller vers l'arrivée, jusqu'au "but".

Apprenant que la nature de Dieu est d'être en relations et que celle de l'humain, créé à son image, l'est donc nécessairement aussi, ce sera donc en contemplant Jésus dans ses diverses et multiples relations et situations que nous pourrons découvrir et projeter notre propre humanité, au regard de celle de Jésus de Nazareth. Jésus, dans ses rapports avec les gens qui pensent et font autrement, développe le respect et la bienveillance tout en les provoquant à changer… Zachée, la Samaritaine, Bartimée l'aveugle, Pierre et ses trois reniements, les publicains et les pécheurs eux-mêmes, Jésus les aborde, les transforme, sans pression ni chantage. Sur la croix, Jésus promet le salut éternel au condamné de droit commun crucifié en même temps que lui. "Aujourd'hui, tu seras avec moi dans le paradis"…

Ainsi le salut proposé par Jésus se réalise dans les "relations" jusqu'au-delà de leur réalité terrestre et temporelle, jusque dans l'Eternité divine. Ainsi donc Jésus libère et sauve, en mettant à la disposition de chaque être humain un GPS apte à être programmé selon les repères et les normes de son parcours que les livres du Nouveau Testament nous détaillent et dont l'Eglise, en raison de sa longue expérience et de sa mission, témoigne, en même temps qu'elle l'actualise au gré des époques et de ses rencontres avec les diverses cultures du Monde.

Il me semble que la mentalité du Monde contemporain qui l'incite à mener et gérer sa vie en se fabriquant ses propres normes, en faisant de sa vie le chantier de son auto-entreprise, parfois très déçu des grandes promesses échouées d'idéologies illusoires ou de religions "hors sol", cette mentalité du vivre par soi et pour soi, sans les autres ni le Tout-Autre, peut bien accueillir et entendre, comprendre, adopter et adapter pour l'itinéraire de son "exister" cette vérité et cette vie que nous propose à "tous" Jésus de Nazareth. Jésus nous sauve lorsque, si nous avons son logiciel de vie, il nous avertit des pièges, des tentations, et nous incite à la prudence, à la sagesse et d'abord aux orientations préférables !

En un mot, ce salut apporté par Jésus n'est-il pas ce chemin humain tracé par lui que désormais chacun de nous peut emprunter et partager avec d'autres !