L’Eglise, qui continue la présence active de Jésus dans l’histoire du Monde, a aussi pour tâche missionnaire d’incarner le message évangélique dans les mots des langages humains. Pour parler de foi, d’Espérance et de charité, les chrétiens empruntent les mots quotidiens qui consonnent à la vie tout en en révélant la source et l’enracinement. A quoi bon parler, si ce que l'on dit ne traduit ni ne transmet, quand les langages sont hermétiques et imperméables, quand la vie chrétienne ressemble à une nappe d'huile sur de l'eau ? On peut se conduire comme des propriétaires des mots si leur sens échappe à la compréhension et à l' intérêt de leurs destinataires. Nous devons "décapsuler" la Parole de Dieu qui peut demeurer hermétique dans la Bible et la Tradition. A quoi bon des discours très savants et complets s'ils n'atteignent en profondeur que peu de personnes ?

Jésus, qui de Dieu s’est fait homme, a révélé le divin dans le langage humain. L’Eternel s’exprime dans le temporel, l’Infini dans le fini, la Toute-Puissance dans la faiblesse, le ciel dans les choses de la terre. Une vérité dévoilée et délivrée dans la simplicité des mots se laisse davantage recueillir et accueillir. Les "vérités" enrobées de religiosité et de mystère peuvent paraître plus divines, elles ne sont parfois que plus étranges ! Alors que, dans la logique de l’Incarnation, Jésus n’a eu de cesse de rapprocher, pour les allier, en toute conscience et liberté, le ciel et la terre, Dieu et tout homme. Le langage peut produire un éloignement ou générer un rapprochement. Les carrières d'où l'on extrait les mots du langage sont à la fois la Bible, la Tradition et les façons actuelles de communiquer. D'où une prédilection pour les allégories, les images, le visuel…

Il n’est que de regarder Jésus dans sa pratique Pastorale pour savoir quel chemin l’Eglise doit aujourd’hui privilégier pour diffuser l’Evangile. Jésus ne fait pas de longs exposés, il préfère s’exprimer en allégories et paraboles. Jésus ne recourt pas à des mots compliqués, il se sert des mots puisés dans le langage de l’existence courante. Il n’invente pas des scénarios, il saisit toute occasion et toute circonstance pour "faire apparaître" le sens caché des choses et des êtres, révéler le visage de "son Père".

"Ce que l'on vous dit en secret, proclamez-le sur les toits"… Je vois dans cette recommandation un appel à publier et diffuser la Parole d'une façon publique et non confidentielle et intimiste. Jésus parle souvent à des foules, tout le monde peut entendre. Le langage parabolique tient une grande place dans les discours de Jésus.