Aux approches de l'ère chrétienne, les Juifs se répartissent en plusieurs groupes politico- religieux : les Sadducéens, les Esséniens de Qumran, les zélotes et les pharisiens, les plus nombreux. Ceux-ci, organisés en petites fraternités, rassemblent un grand nombre de scribes et de docteurs de la Loi de Moïse. Ils mettent l'accent sur l'étude de la Torah et sur une fidélité très stricte aux observances légales ; en se tenant strictement à ce qui est écrit, ils se distinguent des Sadducéens qui, eux, ont un respect pour la "Torah orale".

Après la prise de Jérusalem 70 ans après le début de l'ère chrétienne, seul le courant pharisien survit. Il forme le noyau du judaïsme rabbinique, qui garantit la sauvegarde des traditions religieuses malgré l'indépendance politique. Jésus aura parfois maille à partir avec les pharisiens qui se posent en gardiens de la loi contre les dérives et les relâchements possibles. Si le peuple juif est sous tutelle politique des envahisseurs romains, qu'au moins sa loi religieuse soit sauvegardée intégralement et appliquée dans la vie traditionnelle et quotidienne !

Le clivage entre Jésus et les pharisiens porte surtout sur la priorité que Jésus donne non pas aux règles et aux rites de la loi, mais à l'Esprit et aux raisons qui la font exister. Les évangélistes, Matthieu en particulier, dénoncent parfois ce qu'ils appellent l'hypocrisie des pharisiens, qui disent mais ne font pas et sont plus attachés à la lettre, à la virgule près, de la Loi, plutôt qu'à son esprit ! Souvenons-nous de cette page d'Evangile dans laquelle Jésus raconte la visite d'un pharisien et d'un publicain (collecteur d'impôt au service de l'occupant romain et méprisé par le peuple) venus prier dans une synagogue. Le publicain se tient dans le fond du lieu de culte et bat sa coulpe en se reconnaissant pécheur et s'avouant pénitent repentant, tandis que, devant, le pharisien bombe le torse et remercie Dieu de ne pas être déviant comme beaucoup le sont devenus ! La chute de ce récit nous confie que seul le publicain est ressorti purifié.

Pour rectifier l'image trop négative du groupe des pharisiens, sans doute peut-on affirmer que leur droiture raide et quelque peu intransigeante a contribué à ce que le peuple juif conserve sa foi en Dieu et son Espérance en l'avenir, grâce à un désir farouche de ne rien gommer de la loi de Moïse reçue de lui après ses 400 ans d'exil en Egypte, au milieu des dieux païens. Cette forme d'esprit, conservatrice et légaliste jusqu'à l'intégrisme, existe toujours dans les courants religieux d'aujourd'hui. Ils puisent leur force active dans une croyance sincère. Ils peuvent aussi cacher des arrière-pensées politiques à visée hégémonique.