Imaginons un instant des sociétés humaines que ne réguleraient ni lois, ni droits, ni interdits, ni codes... Ce serait la pagaille et le désordre. Les plus forts domineraient sans retenue les faibles. Le respect de l'intégrité et de la dignité des autres serait bafoué. Il n'y aurait plus de limites aux instincts, plus de conscience du bien, du mal et du préférable, plus de résistance aux tendances.

En réalité, toute société a besoin de barrières et de balises, d'indications et de recommandations, et même de menaces qui génèrent la crainte chez les êtres inconscients ou malveillants. Pour faire valoir son existence, une Nation se dote d'une Constitution et d'un Code Civil. Un peuple ne peut tenir debout, se rassembler, qu'autour de repères communs qui s'imposent à tous. A la sortie d'Egypte, Moïse, sachant cela, prend des mesures nécessaires et bénéfiques. Arrivé en plein désert, pour donner à ce peuple libéré mais désorganisé sous le joug de ses maîtres en Egypte, Moïse va chercher sur le mont Sinaï les tables de la Loi pour les transmettre au Peuple hébreu resté dans la plaine. Ainsi "ordonné", celui-ci sera à l'abri des tentations de s'adonner aux dieux païens et aux dérives de la dispersion. En même temps qu'une organisation, il trouvera du même coup une direction.

"L'ordre" est au service de la coexistence et de l'entente entre les hommes. Proposer de prendre un chemin commun oblige à en respecter l'itinéraire ainsi que les personnes qui l'empruntent. Ce n'est jamais en refusant de se soumettre aux règles du chemin que l'on parvient au but. Comme dans le domaine de l'instruction, de l'éducation, de l'initiation, dans celui de la morale il est aussi des lois qui définissent ce qui est permis et interdit.

La loi naturelle peut guider les choix et actes de chacun(e). Car tout ce qu'il est possible d'entreprendre n'est pas forcément souhaitable et bon... Car il est vrai aussi que tout ce qui est légal n'est pas forcément moral. Les convictions religieuses fondent les raisons de choix et de conduites humaines qui s'enracinent au-delà des lois définies par les sociétés humaines. Or si tout Peuple, toute Nation, toute vie collective a besoin de lois pour instaurer le droit et la justice, pour accéder à la liberté et à la paix civile, il lui faut se donner les moyens matériels et humains de les faire respecter. Ce service commandé et attendu exige des capacités techniques et des talents humains appréciés : abnégation, équité, rigueur et droiture, responsabilité, conscience du devoir et un sens aigu de l'humain, de son intégrité et de sa dignité, que toute société se doit de faire respecter et de promouvoir si elle veut progresser. Loin d'être des entraves, les lois sont les bases d'une plus grande liberté pour tous.

Le Christ lui-même ne manquait jamais de rappeler qu'il n'était pas venu abolir la loi de Moïse, mais l'accomplir. Il disait aussi que la loi du sabbat était faite pour l'homme et non celui-ci pour le sabbat...