Lc 4 1-13

Jésus vient d'être baptisé par son cousin Jean-Baptiste dans les eaux du Jourdain. Il vient de passer 30 ans à Nazareth auprès de Joseph et Marie. Il s'apprête à commencer sa vie publique avec ses prises de parole devant les foules, ses initiatives pour réparer des vies abîmées, adopter des attitudes et des comportements qui bousculent les mentalités collectives habituelles sur la pratique de la loi et la conception de Dieu.

Or saint Luc nous apprend qu'avant de sillonner la Palestine pour diffuser le message évangélique, Jésus est conduit au désert par l'Esprit Saint pour une retraite de 40 jours durant lesquels il est seul, il jeûne, il réfléchit, il prie. Démuni, il choisit d’être éprouvé par le diable, le diviseur et falsificateur dont le but dissimulé est d’amener Jésus à renoncer à sa mission de Sauveur. Si Jésus sort de sa condition humaine en tombant dans le piège des tentations, en échappant miraculeusement à la faim, en se déclarant propriétaire des royaumes de la terre moyennant prosternation devant le tentateur, en se jetant dans le vide pour obliger Dieu à intervenir, alors l'Incarnation de Jésus venue de Dieu aura entièrement échoué. Satan aura réussi son œuvre maléfique.

À l'inverse, si, par ses refus de sombrer et par ses choix de sauver, Jésus parvient à assumer pleinement son humanité, alors ses façons de penser, d'agir et de parler pourront devenir des chemins praticables pour tous ceux et celles qui les emprunteront. D'ailleurs Jésus dira un jour de lui "Je suis le chemin, la vérité et la vie…". "Etre sauvé" n’est donc pas fuir, éviter les difficultés et déjà les tentations de l'existence, mais les aborder et les surmonter à la façon de Jésus. Aussi peut-on dire de cette séquence d'Evangile qu’elle nous démontre la liberté et la vérité de Jésus, mis à l'épreuve au désert et de ce fait renforcé à la veille de son itinéraire public.

Les 40 jours de Jésus au désert - espace que le rien, le manque, l’aridité, le froid et le chaud, l'absence et le silence caractérisent, ce temps à l'image des 40 ans de campement dans le désert au pied du Sinaï, durant lesquelles il restaure son identité et son authenticité de Peuple organisé et réuni - permettent à Jésus, dans une relation intime avec son Père, d'associer ses forces divines et humaines. Ainsi 30 ans d'humanité partagée à Nazareth, en famille, dans un métier et des relations sociales, et une pratique croyante, un baptême dans les eaux du Jourdain où se manifeste l'Esprit Saint, son séjour au désert où le diable essaie mais en vain de faire pression sur lui pour qu'il renonce à sa mission de salut, toutes ces étapes vont équiper Jésus des capacités dont il aura besoin dans sa vie publique.

Cet évangile de saint Luc, dit "des tentations de Jésus", nous éclaire sur ce que nous pouvons nous-mêmes éprouver dans notre propre vie. Douter, hésiter, chercher, désirer, mais aussi manquer, envier, tous ces verbes qui génèrent des sentiments ne sont pas eux même négatifs. Ils peuvent au contraire intervenir comme des moments fondateurs de notre liberté et de notre responsabilité, des occasions d'assumer davantage les grandeurs et les limites de notre condition ; ils sont ainsi une invitation à redéfinir ce qui est essentiel et prioritaire, et ce qui est secondaire et circonstanciel dans le déroulement de nos existences.