"Soyez levure, soyez sel"… et Jésus ajoute : "soyez lumière"… Or quel est le sens exact de ce conseil évangélique ?

Il ne dit pas "attirez les yeux sur vous", car une lumière n'a pas pour fonction de s'éclairer elle-même, mais de permettre de découvrir ce qu'elle fait apparaître. Soyez lumière, mais pas pour éblouir jusqu'à rendre aveugles ceux et celles qui vous regardent. La lumière dont vous êtes porteur et diffuseur doit au contraire favoriser la marche de ceux qui regardent devant eux pour avancer en toute lucidité des difficultés et des solutions à trouver. Etre lumière, c'est avoir partie liée avec la transparence, refuser la dissimulation, les faux-semblants, les rumeurs mensongères répandues dans la clandestinité et l'anonymat des réseaux sociaux ou des officines médiatiques. Autant la lumière apporte la vie et le bonheur, autant les calomnies les salissent et détruisent !

La lumière recourt à la sincérité et à la clarté des propos, à l'authentique recherche de l'objectivité. Les tentations d'habiller et même de camoufler ce qui est vrai et parfois difficile à exprimer et à entendre, celle de séduire et d'enjoliver, de convaincre par ruse, de surplomber pour soumettre, de piéger pour prendre en flagrant délit de faute, de flatter par pure démagogie, toutes ces tentations Jésus nous invite à les mettre de côté pour nous appeler à choisir la lumière. La lumière, qui est d'abord un don du Ciel dont chacun est d'abord bénéficiaire, est douce et patiente. Elle transmet la confiance et développe l'Espérance dont nous avons tant besoin dans les passages d'obscurité et de notre vie.

"Soyez lumière" ne fait donc pas de nous, disciples de Jésus, des acteurs de théâtre masqués, jouant des personnages devant un public regardant un spectacle. Nous avons plutôt vocation à marcher sur les chemins, au milieu de tous, en compagnons, ayant en main notre lampe dont la lumière va aussi profiter aux autres en cours de route. Cette lumière du Christ reçue se recharge en nous à son contact, dans la prière personnelle et communautaire, dans les sacrements vécus en Eglise et particulièrement le Pardon et l'Eucharistie.

Si en chemin un marcheur réclame de connaître la source de cette lumière, alors le chrétien devra délivrer, doucement et clairement, l'adresse de son "fournisseur". Mais à l'inverse, si les voisins ne manifestent jamais leur besoin de savoir d'où provient cette lumière, alors mieux vaut sans doute attendre le moment favorable pour le leur révéler. La priorité n'est-elle pas d'abord que beaucoup tirent profit de cette lumière, sans même qu'ils en connaissent vraiment l'origine ? Une vérité balancée à la figure peut aveugler plutôt qu'éclairer.

Soyez sel, levain et lumière, humbles, discrets, patients et confiants, bienveillants au service des autres, gracieux avec eux comme Jésus l'a été lui-même dans les diverses circonstances et étapes de son itinéraire terrestre.