9 janvier 2021

Isaïe 40 1-5-9-11 - Paul à Tite 2 11-14, 3 4-7- Luc 3-15-16-21-22

 

Jésus a environ 30 ans. Homme parmi les hommes. Juif croyant parmi les croyants, il va se faire baptiser au désert auprès de Jean-Baptiste. Or, "après avoir été baptisé, lui aussi, le ciel s'ouvrit". Et l'Esprit Saint descendit sur Jésus sous une apparence corporelle, comme une colombe. Ainsi le ciel qui était lointain, inaccessible, et surtout fermé et muet, s'ouvrit. Ce n'est pas pour y entrer de suite. Mais pour laisser Dieu descendre en son Esprit. C'est une image, bien sûr, celle d'une communication rétablie entre ciel et terre, entre Dieu et l'Humanité, par Jésus à la fois Dieu et pleinement homme.

La colombe, c'est l'Esprit Saint symbole de douceur et de fragilité. Le rôle de l'Esprit est de distinguer, de séparer, et aussi d'assurer le va-et-vient, le lien, autant dire la relation entre Dieu et l'Humanité. Cette scène du baptême de Jésus est donc une théophanie puisqu'il y a Jésus, l'Esprit et le Père par sa voix : "Du ciel, une voix se fit entendre : « c'est toi mon fils bien-aimé, en toi j'ai mis tout mon amour ». Au moment où le succès prophétique de Jean-Baptiste va grandissant et se murmure l'idée qu'il pourrait être le Messie, Jésus, authentiquement reconnu comme un homme, est reconnu par Dieu comme son fils bien-aimé. Moment important puisque va incessamment commencer la vie publique et pastorale de Jésus. Juste avant sa retraite de 40 jours au désert durant lesquels il sera tenté mais ratifiera son choix d'accomplir sa Mission quoi qu'il arrive.

Cette séquence d'Evangile du baptême de Jésus est particulièrement symbolique. Elle se déroule au désert. A distance de la ville et des activités. Se rendre au désert est un choix de silence, de prière, de réflexion et de conversion, de décision, d'engagement. Elle est comme un résumé condensé de toute l'histoire du salut. Jean, le dernier personnage de l'Ancien Testament, ouvre le passage avec le premier du Nouveau Testament : Jésus, qui, lui, par son baptême, manifeste qu'il renoue les liens entre le divin et l'humain, en lui et autour de lui. Quant à l'eau du Jourdain, elle symbolise la vie humaine dans laquelle Jésus est pleinement immergé. Ce qui lui donne d'être l'homme présent en Dieu Trinité et d'être Dieu présent dans l'Humanité. Au moment où Jésus va débuter sa vie pastorale active, nous sommes assurés que le Père et l'Esprit sont avec lui, l'accompagnent dans tous ses déplacements et appuieront ses actions et ses paroles. Jésus ne travaillera pas à son compte et en isolé. Mais au nom du Père et avec l'Esprit. En leur présence.

Que veut nous apprendre le baptême de Jésus ? Etre baptisé ne consiste pas en une simple cérémonie formelle. C'est mettre notre existence sous le regard de Dieu. C'est accepter de compter avec Dieu dans nos vies qui ont une origine, un sens, une trajectoire que l'on rectifie et ajuste, et un lieu d'arrivée : la vie éternelle en Dieu. De même que le baptême de Jésus authentifie d'avance son parcours, de même notre baptême chrétien nous fait prendre un chemin balisé. Déjà emprunté et expérimenté par beaucoup. Prendre un chemin sans repères ni balise, prétendre qu'on peut inventer soi-même est un risque, celui de s'égarer et de ne pas savoir où l'on aboutira. Avec le Christ, ce n'est pas seulement choisir une base départ, mais c'est aussi être attendu à l'arrivée !

Pour la plupart d'entre nous, nous avons été baptisés peu après notre naissance. Et pas à 30 ans comme Jésus. Comme certains adultes d'aujourd'hui qui choisissent de se préparer au baptême. Tous nous sommes invités à vivre en fonction de notre baptême. Et certains ont confirmé ce choix fait par leurs parents de les baptiser bébés ou enfants en recevant le sacrement de confirmation des mains de l'évêque. "Oui, je veux vivre ma vie en compagnie de la foi au Christ, et de l'Evangile, avec l'aide de l'Eglise". Plusieurs jeunes préparent actuellement le sacrement de confirmation dans le cadre de nos paroisses. Rappelons-le : il est possible à tout âge de recevoir ce sacrement. Une bonne occasion de mettre à jour le contenu de sa propre foi ! J’ai toujours beaucoup reçu de ces groupes de cheminement vers le baptême ou la confirmation, que ce soit de jeunes ou d’adultes.

Un baptême a besoin d'être nourri. La messe paroissiale est une source fructueuse pour alimenter notre foi. Et les groupes bibliques aussi. L’Eucharistie, avec la Parole et le Pain de Vie du Christ comme nourriture, est la suite logique du baptême pour vivre, choisir, agir en disciple et ami de Jésus. Puissions-nous être fidèles à notre baptême.