28 mars 2008

Le procès Fourniret-Olivier a commencé…

A vous les proches de ces jeunes filles assassinées par Michel Fourniret avec la complicité de sa compagne Monique Olivier qui allez séjourner en notre cité durant leur procès, la communauté paroissiale catholique souhaite vous dire combien nous sommes de cœur avec vous. Après la disparition violente et tragique de votre enfant chérie, vous avez tant souffert ! Les récits vous feront mal, mais les accusations et les condamnations prononcées contribueront sans doute à vous faire retrouver une certaine Paix quand la justice aura... [Lire la suite]
Posté par lucien marguet à 17:31 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

28 mars 2008

Ces événements d’actualité qui donnent à réfléchir...

Les accusations de crimes portés contre un prévenu peuvent être à ce point graves et tellement contraires à l’idée que chacun se fait de l’être humain que l’on peut lui souhaiter de mourir plutôt que de continuer à vivre. On peut entendre dire : « Ses crimes sont évidents, à quoi sert-il d’en chercher les preuves ? Un procès coûte très cher à la société, mieux vaudrait consacrer cet argent à créer des emplois pour les jeunes. Un tel procès va générer des tracasseries de circulation et les récits d’audience des cauchemars dans les... [Lire la suite]
Posté par lucien marguet à 17:11 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
28 mars 2008

Un procès attendu et redouté...

Tous les 3 ans, on attend avec bonheur que se tienne une nouvelle édition du Festival Mondial des Marionnettes. La ville s'anime. De 7 à 77 ans, chacun y comble son besoin d'ouverture et de rêve ! Charleville-Mézières devient pendant 2 semaines une cité de la rencontre de la diversité et des différences. Une vraie richesse culturelle est largement partagée par les festivaliers venus des quatre coins du globe toujours plus nombreux. Un tout autre sentiment grandit en nous à l'approche d'un événement qui sera, lui,... [Lire la suite]
Posté par lucien marguet à 13:55 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
19 mars 2008

Vendredi Saint

Comment les disciples eux-mêmes, élevés dans le culte d'un Dieu dont le nom même ne devait ni écrit, ni prononcé, comment n'auraient-ils pas tremblé de frayeur à la pensée que la Réalité absolue de l'univers pût coïncider avec ce prophète moqué, flagellé, cloué à la potence des esclaves ? Nietsche voulait voir dans la croix la source d'un certain masochisme judéo-chrétien. Sans doute, l'adoration de la Passion a parfois dégénéré en culte de la souffrance. En réalité, la croix n'est pas une fatalité, elle est un choix.... [Lire la suite]
Posté par lucien marguet à 16:00 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
19 mars 2008

Le cierge Pascal

Les proches de Jésus qui l'avaient accompagné pendant 3 ans le voient condamné et crucifié. Ils sont désemparés et désespérés. Or la nouvelle se répand qu'Il est vivant. Autrement vivant. De cette conviction va naître la foi dont vit l'Eglise. Les chrétiens vivent de cette Espérance que la vie vaincra la mort, que l'obscurité fera place à la lumière. C'est le fil rouge de notre vie croyante. Le cierge Pascal symbolise la vie du Christ. Comme le feu illumine, réchauffe, entame l'obscurité, ainsi la foi et... [Lire la suite]
Posté par lucien marguet à 15:57 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
19 mars 2008

Le Sacrement de Pardon..., de guérison...

Les remords qu'engendre une conduite morale incorrecte, des choix et des actes fautifs, génèrent souvent un sentiment de culpabilité. Le souvenir d'avoir mal fait peut occuper l'esprit et neutraliser les élans vers le bien. Les dégâts relationnels peuvent être profonds et tenaces. Ils peuvent générer des reproches durables que seuls le temps et le pardon peuvent non effacer, mais dépasser. Chez certaines personnes, avoir accepté le mal peut dégénérer en automutilation morale. On se croit impardonnable. Une mésestime, pouvant aller... [Lire la suite]
Posté par lucien marguet à 15:55 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

19 mars 2008

"Je vous pardonne vos péchés"

Du "Pardon", Jésus a fait un signe visible et audible de l'Amour de Dieu. Quand Jésus aborde les pécheurs et leur accorde le pardon, il a l'intention de les libérer, de les sauver, de les guérir du mal qui les ronge et ralentit leur vie. Il leur donne "la chance" de se réconcilier avec eux-mêmes, les autres et Dieu. En pardonnant les pécheurs, Jésus les désentrave, il leur redonne la force et la confiance pour continuer à "progresser". Le sacrement du Pardon, à n'en pas douter, contribue au... [Lire la suite]
Posté par lucien marguet à 15:54 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
19 mars 2008

A quoi bon le sacrement du Pardon ?

A quoi bon dire ses péchés à haute voix devant un prêtre puisqu'il est possible de les confesser directement à Dieu dans le fond de soi ? Cette remarque est souvent avancée pour expliquer la moindre fréquentation actuelle du sacrement du Pardon. Dieu ne nous pardonnerait-il vraiment qu'à la condition de nous voir avouer nos fautes par une confession personnelle lors d'une journée du Pardon, d'une célébration pénitentielle ou dans le bureau d'un prêtre ? Certes, à l'image du Père de l'Enfant prodigue, dans cette parabole... [Lire la suite]
Posté par lucien marguet à 15:50 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
19 mars 2008

A quoi bon le sacrement du Pardon ?

A quoi bon dire ses péchés à haute voix devant un prêtre puisqu'il est possible de les confesser directement à Dieu dans le fond de soi ? Cette remarque est souvent avancée pour expliquer la moindre fréquentation actuelle du sacrement du Pardon. Dieu ne nous pardonnerait-il vraiment qu'à la condition de nous voir avouer nos fautes par une confession personnelle lors d'une journée du Pardon, d'une célébration pénitentielle ou dans le bureau d'un prêtre ? Certes, à l'image du Père de l'Enfant prodigue, dans cette... [Lire la suite]
Posté par lucien marguet à 15:42 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
19 mars 2008

Va, ne crains pas

Quand Dieu l'appelle à quitter son pays, Abraham n'est pas seulement invité à migrer vers une autre région, mais à évoluer et à développer sa terre intérieure. Nombre de nos contemporains vivent la condition de migrants du fait de leurs obligations professionnelles. Dans une société de mouvement, de mobilité, d'itinérance, ils sont amenés à vivre le transitoire et le provisoire, et même parfois la précarité. Dans une société rurale traditionnelle, le lieu, la terre, la tradition et les coutumes offraient des repères immuables... [Lire la suite]
Posté par lucien marguet à 15:38 - - Commentaires [0] - Permalien [#]