A quoi bon participer à la messe chaque dimanche, puisque Jésus a dit que le plus grand des commandements était d'aimer Dieu et son prochain comme soi-même ? Aussi, ne suffit-il pas de s'efforcer de faire le bien et de rendre service pour remplir son devoir de chrétien ? Pour certains, la pratique religieuse serait même une façon de se donner bonne conscience et d'éviter de vérifier que la vie quotidienne elle-même est chrétienne.

 En vérité, non seulement il ne faut pas opposer la fréquentation de la Messe et la mise en pratique du Message évangélique dans la vie, mais il faut les associer car ils sont les deux côtés complémentaires d'une même réalité. Soyons clairs : comment un chrétien peut-il partager ce qu'il ne se dispose pas à accueillir régulièrement comme des dons venus de Dieu ? Comment donner de l'eau si on ne vient pas puiser à la source ?

 Prenons l'exemple d'une famille. Elle a besoin de se retrouver, de partager le pain et d'écouter la parole des uns et des autres pour alimenter et développer l'esprit qui l'unit. Si chacun, même sous le prétexte de vaquer à ses occupations, fussent-elles bienfaitrices, n'a pas le souci de rencontrer les autres membres, comment alors prétendre à former une famille ? Etre chrétien, certes, c'est vivre l'Evangile de vie au quotidien. Mais c'est aussi ouvrir les mains, l'esprit et le cœur à celui qui envoie l'Esprit de force, de courage, de fidélité.

 Cela demande d'y consacrer du temps personnel, et aussi communautaire. En effet, Dieu aime voir ses enfants se rassembler pour les entendre et leur parler. C'est ainsi que dans l'Eucharistie la Bible est ouverte et commentée, et le pain de Vie du Christ partagé. Pour nourrir et faire vivre. En recueillant la même Parole et en accueillant Jésus réellement présent, les chrétiens forment ensemble le Corps du Christ qui est l'Eglise vivante et rayonnante. La foi chrétienne a besoin d'être ressourcée. Si elle ne l'est pas, elle se dessèche. Elle est mise de côté, et un jour elle est jugée inutile et sans intérêt. De même que le sportif a besoin d'entraînement régulier, le chrétien a besoin de développer sa relation à Dieu et aux autres croyants de l'Eglise en se tenant à un exercice spirituel régulier.

 Je sais que beaucoup évoquent l'envie ou l'absence d'envie pour se rendre à la Messe. A raisonner ainsi, on finit par se trouver toujours de nouvelles raisons de ne pas "bouger". La messe ne m'apporte rien, les gens présents ont tous des cheveux blancs, on ne sent pas d'élan, ni de fraternité… Et pourquoi décrire toutes ces observations sans doute fondées comme des occasions de se dérober et non comme des appels à offrir ses services en vue d'offices plus accueillants et plus enrichissants ? Un couple, une famille, ce n'est pas que les jours de fête ou d'exception, c'est aussi le train-train quotidien avec ses petits bonheurs et parfois ses tracas. La vie chrétienne, ce n'est pas que les célébrations solennelles, c'est aussi la Messe recueillie où pas grand monde ne chante, où les textes lus sont obscurs, où l'atmosphère n'est pas à la joie débordante ! Et pourtant Dieu est là, à chaque rendez-vous, fidèle. Le premier, à l'heure. Jamais déçu.

 Et nous, y serons-nous ? Pour recueillir ses dons ? Dont notre humanité souvent mise à l'épreuve a besoin ? C'est une erreur de penser que participer à la Messe n'est pas important, ceux qui en sont des habitués en sont des bénéficiaires.