Tout le monde peut constater que cette vie affective déployée dans les couples et les milieux familiaux est devenue plus fragile, parfois aléatoire et précaire. Certains en font le constat avec regret. D'autres s'y résignent et en font un signe de l'époque qui nous habitue à vivre dans le présent, l'immédiateté, le provisoire et le transitoire. Selon cette culture qui influence, insidieusement, les comportements humains, les engagements eux-mêmes ne peuvent être que révisables et ajustables, plus jamais définitifs mais à durée déterminée.

Aussi en raison de cette manière nouvelle d'envisager le parcours d'une existence, comme des séquences successives dont certaines sont imprévisibles, des couples hésitent à se promettre de rester unis pour la durée de leur vie. Ils choisissent de s'aimer sans promesse de durée. Leur amour est lié au présent et aux conditions qu'il offre. Ils croient impossible de s'engager pour toute une vie dont ils ne connaissent qu'une petite partie. Ils ont conscience de leur possible vulnérabilité et ne font appel qu'à leurs propres capacités qu'ils ressentent parfois fragiles.

Certains couples se présentent à la mairie pour se marier civilement, voulant se montrer citoyens conscients des droits et devoirs civiques que cet engagement représente. D'aucuns auront peut-être aussi en tête que cette promesse faite un jour peut être facilement déliée par un divorce. Bien sûr un certain nombre de couples demandent à compléter, à doubler ce mariage civil par une démarche religieuse qui les conduit à promettre de vivre unis jusqu'à la mort. Ceux-là ne s'engagent pas alors sur la base de leurs capacités personnelles à tenir leur promesse, mais, conscients des tentations et des dérives que la société permissive et libertaire diffuse largement comme des choix "désormais" normaux, ils en appellent aux lois divines. Ils savent bien que cette "cérémonie" devant Dieu, des témoins et le célébrant n'est pas une "protection" physique, mais plutôt une lumière et une force intérieures qui les relient à Dieu dont la fidélité à l'Amour n'a jamais failli, malgré les aléas, les déceptions et les abandons humains.

A l'image d'une maison édifiée avec soin sur des fondations solides et qui résistera face aux désordres climatiques, un couple demeurera uni devant les coups durs et les épreuves de leur itinéraire familial et conjugal commun ! Beaucoup d'entre nous constatent que l'amour conjugal est trop soumis à l'instinct, l'impulsion, le ressenti, et pas assez à la volonté. Or l'Amour n'existe pas seulement dans le sentiment de "bonheur", il se conjugue et se déploie aussi dans le "malheur", la souffrance. Des couples ayant vécu des passages douloureux dans leur vie de famille confient que ces étapes ont martelé leur lien conjugal jusqu'à le rendre inoxydable ! Tout le monde sait qu'un couple consolide son amour au fur et à mesure du temps et des événements traversés ensemble. Tout le monde sait que tout être – homme, femme, enfant – est fragile et que toute fissure peut devenir blessure, mais que la possibilité de se parler, de dialoguer, de s'expliquer, de se pardonner, de tourner la page pour avancer, est à la portée de tout le monde.

Rien n'est impardonnable, sinon de ne plus croire en l'Amour ! Or pour des chrétiens, alors que tout devient impossible dans un couple, une famille, les paroles de Jésus retentissent : "Tout est possible à Dieu"…