Aussitôt les champs récoltés, les grains stockés dans des silos, la paille engrangée ou vendue aux herbagers des environs, les terres reçoivent déjà une nouvelle feuille de route pour l'année. Ayant tout donné, elles apparaissent mornes et dépouillées… Pourtant déjà l'on s'active pour les préparer à leur mission future. Que voilà une preuve de la confiance sans faille que font à la terre ceux qui la travaillent ! Ils ne sont pas seulement empressés, ces travailleurs des champs, mais surtout prévoyants… Leur ardeur nait de leur espérance que même le champ qui n'a pas fourni le rendement escompté en raison des aléas climatiques peut dans l'avenir se ressaisir.

 Qui n'a appris qu'il fallait consentir aux possibilités et capacités de la Nature ? En sillonnant les routes de nos villages, je voyais dans ces paysages après moisson une illustration grandeur nature de ce qu'est une rentrée de septembre. Il s'agit pour tous de regarder devant comme on regarde les champs. Des enfants passent dans une classe supérieure, d'autres changent d'école. Certains jeunes entrent au lycée, d'autres partent étudier en ville. Ils vivront en dehors de leur famille et deviendront plus autonomes. Pour d'autres jeunes, ce sera la recherche d'un premier emploi et pour certain la découverte d'une entreprise après embauche. Le pire qui puisse arriver, c'est de se retrouver paralysé par les difficultés rencontrées et déjà trouver motifs à baisser les bras et ne plus rien envisager : chacun a besoin de projets.

 Comme l'agriculteur devant chacun de ses champs qu'il croit capable de renouvellement, il nous faut commencer, continuer, redémarrer, puiser dans nos motivations, comme on puise à une source, l'énergie que le chemin réclamera.

 La vie paroissiale elle-même est comme aspirée par l'Avenir. Elle invite à regarder avec une grande largeur d'esprit le monde actuel. L'Evangile est toujours une semence pertinente. Faire connaître et aimer le Christ jusqu'à faire naître chez beaucoup le désir de l'imiter et surtout de vivre en sa présence est toujours d'actualité, à tout âge de l'existence. En ce mois de septembre où ont lieu toutes les "rentrées" et les redémarrages, comment ne pas partager ce que ressentent les moissonneurs appelés à redevenir laboureurs et semeurs, fidèles, sereins et confiants.

 Et pourquoi ne pas se redire ce proverbe qui décidément est éclairant : "Mieux vaut allumer une petite lampe que maudire l'obscurité"…