Daniel 7 9-10, 13-14

Jean 1 47-51

Saint Michel, archange, chef parmi les anges, terrassant le démon, est aussi connu comme protecteur des régiments de parachutistes. Dans l'Apocalypse de saint Jean, l'archange Michel fut chargé d'écraser la révolte des mauvais anges en les expulsant du paradis. Il est celui qui descend du Ciel pour le combat. Un rôle analogue, à certains égards, aux missions confiées aux troupes aéroportées. Depuis, les parachutistes ont cultivé cette dévotion en composant, comme il est d'usage dans l'armée, un hymne à leur saint Patron, afin de le prier de leur donner toutes les qualités nécessaires au succès de leurs opérations en vue de protéger et de promouvoir les conditions de la Paix.

Les drapeaux et ceux qui les portent nous font penser à cette multitude de soldats qui ont donné leur vie, leurs forces, leur courage, leur persévérance, à cette cause de la Paix dans le droit, la liberté et la justice. Les médailles que beaucoup arborent sur leur poitrine rappellent que la fin des guerres et l'avènement de la Paix, on les doit à des personnes, chacune pour sa participation active. Ces drapeaux sont des symboles. Ils nous disent la fierté des régiments et des luttes qu'ils représentent, mais ils sont aussi le signe de la cohésion qui les a tenus unis dans le meilleur et dans le pire.

Or on dit de saint Michel archange qu'il a chassé du paradis les anges néfastes. Tandis que les anges et les archanges, l'Esprit Saint lui-même, "tricotent" la toile des réseaux de bonnes relations, le démon passe son temps à les "détricoter", à les user, les affaiblir, en semant la confusion, la suspicion, les rumeurs malveillantes et la division durable… Et, comme saint patron des parachutistes, saint Michel soutient ceux-ci dans leur mission de lutte contre les désordres et les conflits. Saint Michel, chef des anges, inspire les consciences des parachutistes lorsque, depuis les avions d'où ils sont largués, ils atterrissent et accomplissent leur tâche de défense, de remise en ordre, de pacification, là même où les démons fomentent et encouragent les guerres fratricides.

Les anges et les archanges sont des symboles de conciliation et de réconciliation : symboles au sens éthymologique, c'est-à-dire qui réunissent des intérêts et des points de vue différents et même divergents par des concertations, des négociations. Tandis que le projet des anges, porte-paroles, ambassadeurs de Dieu, est d'associer, à tout le moins de se respecter et d'être bienveillant, les démons, eux, ont pour projet de corrompre, de semer la pagaille et la panique. Ethymologiquement, le mot grec diabolein signifie diviser, faire éclater et sortir de la route. Or comme toute intervention militaire se justifie par le rétablissement de la paix civile et de l'ordre protecteur des populations, la tâche des parachutistes n'est-elle pas d'éteindre les feux incendiaires de violences prêtes à se propager et dégénérer en conflits destructeurs ? Prévenir, empêcher, et quand l'allumette a déjà mis le feu, guérir et apaiser… afin que puisse s'édifier peu à peu la cité des hommes sur terre, avant de parvenir à la cité de Dieu comme nous l'annonce le livre de l'Apocalypse. Ce livre, le dernier des 74 que comprend la Bible, qui est de ce fait plus un recueil de livres différents qu'un livre unique, révèle ce que sera notre vie après notre passage par la mort. Ce terme d'apocalypse, d'ailleurs, signifie "révélation" par l'ouverture progressive du voile qui obture en ce monde terrestre la vision de la vie éternelle.

Saint Michel archange a donc une mission dynamique dans ses va-et-vient entre le ciel et la terre, entre les humains si divers et si différents, souvent éloignés par leurs attachements et leurs convictions, leurs objectifs. J'aime bien cette image qu'ont les anges d'être les intervenants de Dieu pour éclairer, relier, expliquer, et donc faire progresser la relation et la compréhension.

Certes, si ces manifestations de mémoire sont nécessaires pour ne jamais oublier ce qui a été, elles sont logiques aussi pour exprimer notre gratitude. Elles doivent surtout nous apprendre à choisir, décider et bien nous comporter aujourd'hui afin d'éviter que les différences qui distinguent ne se transforment en divergences et, pire, en divisions qui dégénèrent en conflits violents. Tous les événements de guerre doivent nous apprendre à apprécier la liberté et la Paix, et à les préférer entre toutes les richesses. Nous ne sommes pas que les héritiers des combats menés, mais aussi de la Paix et de la fraternité à édifier, chacun à sa place et pour la part qui lui revient. Saint Michel n'est pas invoqué seulement pour chasser les démons qui sévissent toujours en ce monde, mais pour rassembler et unir l'Humanité, diverse et plurielle mais appelée à se respecter, se parler, se concerter, devenir fraternelle.