Pour la seconde année, une fête des Moissons a eu lieu à Margut le 5 août 2018 dans un champ. Organisée par des agriculteurs et des éleveurs fiers de leur beau métier, cette belle manifestation rurale a bénéficié de l'investissement de leur temps et de leurs talents. Amateurs de tracteurs anciens qu'ils ont plaisir à réparer et à remettre en marche, quatre-vingts d'entre eux ont choisi de venir les présenter tant sur le site de la "fête" qu'en défilant en matinée dans plusieurs villages voisins. Avant leur départ, j'ai béni les conducteurs et toutes les personnes qui ont imaginé, conçu et utilisé toutes ces machines dans le passé. C'était une façon de montrer de la gratitude à ce qu'ils ont contribué à produire et offrir. Cette passion pour les mécaniques passées me semble aussi exprimer une certaine nostalgie du "vivre ensemble" communautaire et respectueux de l'humain, qui semble parfois se diluer aujourd'hui.

Je n'ai été témoin d'aucune panne et j'ai pris du plaisir à arroser copieusement d'eau bénite chaque équipage juché sur le tracteur familial, d'autant plus que la canicule se faisait sentir dès le matin de bonne heure ! Après cette bénédiction, qui signifie "dire du bien", nous avons chanté et prié. Nous avons écouté trois textes bibliques choisis spécialement pour leur rapport à la relation et la coopération entre l'homme et la nature. Je les ai commentés en situant le sens d'une fête des Moissons qui permet aux gens qui travaillent de concert avec la terre et les saisons de remercier Dieu pour la part qui lui est reconnue dans cette coproduction.

La prière universelle, comme l'accueil, comme la prière de l'agriculteur, a été rédigée par des chrétiens de la paroisse St-Walfroy. Le décor de la célébration, composé de fruits de la terre et de magnifiques fleurs, a contribué, ainsi que l'harmonie locale La Fraternelle qui a ponctué de courts moments musicaux le déroulement de la célébration, à favoriser ce temps religieux de recueillement prévu par l'association organisatrice sous un chapiteau spécialement aménagé. Forte de plusieurs répétitions, une petite chorale a assuré les cantiques.

Tout au long de cette belle journée de la terre et de ses associés, un public intéressé a défilé sur le site où chacun a pu rêver devant des moissonneurs et des batteurs affairés, s'attabler pour boire et manger et se parler, faire ses achats de pain croustillant, de viande, de produits laitiers ainsi vendus et valorisés sur le champ. A Margut, on ne s'est pas contenté de regarder le passé, on a valorisé le travail et les initiatives prises aujourd'hui pour relever les défis, faire les bons choix d'une agriculture et d'un élevage raisonnés et discernés avec intelligence et sagesse.

Comment ne pas remercier à notre tour les organisateurs bénévoles et généreux d'avoir minutieusement préparé de longue date et réalisé avec succès un tel événement local qui a motivé et mobilisé tant d'acteurs et de participants ? Il est vrai que, comme le déclare ce proverbe, "celui qui prétend à un avenir doit connaître son passé"...